Nous avons actuellement plus de 105 visiteurs connectés sur nos sites (dont 17 sur generationmp3.com - 87 sur le forum)

Écrit par
iMike

Steve Jobs explique pourquoi il n’aime pas Flash

Jeudi 29 avril 2010 à 16:49 | Dans la catégorie Apple

C’est suffisamment rare pour être souligné : Steve Jobs a mis en ligne sur le site d’Apple une lettre ouverte concernant ses «pensées» autour de Flash. On sait qu’Adobe et Apple sont en bisbilles sévères à propos de l’absence de support du format sur la plate-forme iPhone OS, du coup le patron d’Apple donne son sentiment dans une lettre longue et pleine d’arguties qui, il faut le dire, tapent assez souvent justes.

 

flash_adobe_8_logo.jpg

 

Jobs écrit par exemple que le Flash a d’abord été pensé pour les PC et la souris et que le format n’a pas su s’adapter aux écrans tactiles multi-points. Que Flash n’est pas un format ouvert, et qu’Apple utilise des standards web comme l’HTML 5, le CSS ou le Javascript (mais Jobs rappelle en passant qu’ iPhone OS reste propriétaire). Que le catalogue de jeux de l’AppStore vaut bien les jeux Flash, que le format d’Adobe est à l’origine de beaucoup de problèmes de sécurité, qu’il n’est pas optimisé au niveau de l’autonomie…

Bref, une pierre de plus dans la bataille entre Apple et Adobe, dont on attend la réponse…

 

push

Écrit par
iMike

Steve Jobs prend congé jusqu’en juin

Jeudi 15 janvier 2009 à 00:18 | Dans la catégorie Apple

Steve Jobs a décidé de prendre du champ et s‘octroie un congé maladie de quelques mois. Il ne reviendra chez Apple que fin juin, sans doute pour assurer la WWDC, enfin, si sa santé le lui permet.

On avait eu droit avant la keynote de la MacWorld à une lettre ouverte du patron d’Apple, affirmant qu’il se portait bien malgré un problème hormonal du à la guérison de son cancer du pancréas. Il semble donc que ce soit plus complexe que prévu et que Steve Jobs ait besoin de repos.

wwdc_keynote_045.jpg 

Dans un courrier envoyé à ses employés, Jobs indique que ses soucis de santé étaient plus compliqués qu’il ne le pensait, et a décidé de s’absenter pour des raisons médicales.

L’intérim sera assuré par Tim Cook, pour les opérations du quotidien. Toutefois, Jobs restera impliqué dans les «décisions stratégiques» de sa société durant son congé. Espérons simplement que cet intérim ne se prolonge pas indéfiniment… Et souhaitons un bon rétablissement à Steve Jobs !

push

Écrit par
iMike

Apple : Steve Jobs parle santé

Mardi 6 janvier 2009 à 07:15 | Dans la catégorie Apple

26nocera_inline_650.jpg 

Depuis quelques mois, le cours de l’action d’Apple, ainsi que le moral des fanboys, fluctuaient en fonction de l’état de santé de Steve Jobs. Il faut bien dire que depuis son opération du cancer du pancréas en 2004, le patron d’Apple a une mine qui ne respire pas la santé, à tel point que d’aucuns ont commencé à propager des rumeurs sur une mort prochaine. À quelques heures de l’ouverture de la MacWorld -où il ne présentera pas la traditionnelle conférence d’ouverture-, Steve Jobs a donc pris sa plus belle plume pour rédiger une lettre ouverte concernant sa santé… Et tout va bien ! Le CEO souffre d’un déséquilibre hormonal suite à son opération, occasionnant une perte de poids exceptionnelle. Avec ses médecins, il assure qu’il devrait reprendre du poids et du poil de la bête. On lui souhaite de tout coeur qu’il s’en remette vite !

push

Écrit par
iMike

Confirmé : une Macworld sans Steve Jobs

Mercredi 17 décembre 2008 à 00:10 | Dans la catégorie Apple

steve_jobs_macworld_2005.jpg

La keynote de Steve Jobs lors de la Macworld de janvier lançait traditionnellement l’année d’Apple et donnait le «la» d’une grande partie de l’industrie. Il faudra faire sans cette année, puisque par voie de communiqué Apple annonce que le big boss n’assurera pas cette conférence inaugurale

Phil Schiller, bras droit de Steve Jobs, animera toutefois une keynote le 6 janvier comme il l’avait fait pour l’Apple Expo lorsque le patron d’Apple combattait un cancer. Difficile de prédire si de nouveaux produits y seront présentés, mais en tout cas c’est une douche froide et une belle déception pour les fans de la pomme. 

Et ça ne va pas s’arranger, puisque dans le même temps Apple annonce que ce sera sa dernière année de présence sur le salon, préférant désormais privilégier ses AppleStore et son site web, qui génèrent il est vrai bien plus de clientèle. 

push

Écrit par
Greg

Bill Gates vs Steve Jobs

Lundi 19 février 2007 à 09:14 | Dans la catégorie Autres


via techeblog

Écrit par
Greg

Lettre ouverte de Steve Jobs : les réactions

Jeudi 8 février 2007 à 10:00 | Dans la catégorie Musique en ligne
Suite à la lettre ouverte de Steve Jobs au sujet des DRM, les réactions dans le monde de la musique en ligne ne se sont pas fait attendre… En voici une sélection. Mais fallait-il que Steve Jobs dise quelque chose pour que ça bouge enfin ?

Julien Dourgnon, directeur des études de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir:

Après cette prise de position d’Apple, c’est le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, qui doit intervenir en France. Il doit se positionner, dire quel est le sens de l’intérêt général et en tirer les conséquences: soit il soutient les DRM, auquel cas il faut modifier la loi Dadvsi. Car ce texte a contribué à mettre le consommateur dans une situation intenable, en le dirigeant vers des plates-formes légales, mais sans possibilité de contourner les DRM pour obtenir l’interopérabilité. Si cette loi n’existait pas, le juge nous aurait donné encore plus raison dans l’affaire Sony, en lui enjoignant d’enlever complètement les DRM.
Soit le ministre, comme beaucoup d’acteurs du secteur, considère que les DRM sont inutiles. Il lui faut alors exercer son rôle moral et politique, puisque le gouvernement a été actif sur ce sujet, et intervenir auprès des majors pour qu’elles retirent les DRM.

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture:

Je me réjouis qu’Apple, via son président Steve Jobs, prenne en compte les préoccupations du grand public, des créateurs et du gouvernement qui demandent que l’interopérabilité soit un droit pour tous. L’interopérabilité, c’est-à-dire la liberté pour l’internaute de lire une oeuvre acquise légalement sur tout type de support est une des avancées majeures de la loi sur le droit d’auteur.
Pour réaliser cette interopérabilité, deux solutions sont envisageables: la première est la compatibilité des mesures techniques entre-elles. Cette solution sera mise en oeuvre par l’Autorité de régulation des mesures techniques, créée par la loi sur le droit d’auteur. Le décret organisant son fonctionnement ayant été transmis au Conseil d’État, cette Autorité sera installée dès l’avis du Conseil rendu.
La seconde solution, que préconise Steve Jobs, est la suppression pure et simple des mesures techniques. Les récentes initiatives de plates-formes légales françaises de téléchargement sans mesures techniques permettent en effet de proposer une offre plus attractive pour les consommateurs, notamment pour l’achat définitif. Elles démontrent que la loi n’avait rien interdit mais bien tout rendu possible.
Cependant, il est également nécessaire d’imaginer de nouveaux modèles d’accès à la culture, tels l’écoute illimitée, l’abonnement ou la location de films. Ces modèles sont rendus possibles par des mesures techniques de gestion de droit. La technologie est dans ce cas au service de la culture et non l’inverse.

Lire le reste de cet article »
Écrit par
Greg

Lettre ouverte de Steve Jobs pour un iTunes sans DRM !

Mercredi 7 février 2007 à 10:19 | Dans la catégorie Musique en ligne
Steve Jobs est le roi des surprises… Alors qu’Apple est critiqué de toutes parts, qu’iTunes est en passe d’être illégale dans certains pays Européen, le patron d’Apple tente de répondre aux diverses accusations avec une lettre ouverte baptisée “Thoughts on Music” et publiée sur le site de la pomme. Dans celle-ci, Steve Jobs reconnaît que les DRM ne sont pas bons pour le développement de la musique en ligne et encourage l’interopérabilité ! Coup de pub ou changement de cap vu l’état du marché actuel, Steve Jobs dit ce qu’un grand nombre de personnes pense tout bas et désigne les “big four” (les quatre principales Majors : Universal, Warner, EMI et Sony BMG) comme principaux responsables de la tournure des évènements.

Les quatre plus grosses maisons de disques (Universal, Sony BMG, Warner et EMI) contrôlent 70% de la musique mondiale. Quand Apple les a approchées, elles ont demandé à ce que leurs musiques soient protégées contre la copie illégale. C’est pourquoi nous avons intégré des DRM, qui empêchent la lecture depuis des périphériques / ordinateurs non autorisés […] Ces DRM laissent toutefois la possibilité de transférer sa musique sur un nombre illimité d’iPod et sur 5 ordinateurs différents détenus par l’utilisateur

Face donc à ce problème que tout le monde pointe du doigt, Steve Jobs propose trois “solutions” pour l’avenir :

  • Rester sur le système actuel avec des DRM compatibles seulement avec certains produits. Surtout que malgré tout ce qui est dit sur le couple iTunes+iPod, un baladeur iPod n’est rempli que de 3% de musiques achetées sur l’iTunes Store.

Fin 2006, un total de 90 millions d’iPod a été vendu depuis le lancement du baladeur, associé à la vente de 2 milliards de morceaux sur iTunes. Aujourd’hui, l’iPod le plus populaire peut contenir 1000 morceaux et les statistiques nous indiquent que la plupart des utilisateurs remplissent leurs iPod au maximum de leur capacité avec de la musique. Ainsi, en moyenne, 22 des 1000 chansons stockées ont été achetées sur iTunes, soit moins 3% des musiques de l’iPod. Les 97% restants sont des musiques non protégées, il est donc difficile d’affirmer qu’avec seulement 3% des musiques stockées nous arrivons à clôturer les consommateurs sur l’iPod puisque les 97% restants peuvent passer d’un iPod à un autre baladeur sans problème. La remarque est aussi valable pour iTunes Store, puisque 97% des musiques utilisées ne sont pas obtenues via l’iTunes Store.

  • Ouvrir le DRM FairPlay à ses concurrents, afin que ceux-ci proposent des produits compatibles. Mais, selon lui, beaucoup de problèmes suivront.

il faudrait mettre à jour des baladeurs et des logiciels de dizaines (voire de centaines) de Mac et de PC, rapidement et de façon coordonnée. C’est déjà difficile quand une seule firme contrôle la chaîne, mais c’est tout simplement impossible lorsque plusieurs firmes contrôlent plusieurs pièces du puzzle […] Apple a donc conclu que si jamais il proposait FairPlay sous la forme d’une licence, il pourrait perdre toutes les garanties sur la protection de la musique qu’il offre actuellement. Cela a d’ailleurs dû pousser Microsoft à proposer un service de musique unique / fermé pour son baladeur Zune (le Zune Market Place) plutôt que de le laisser à l’ensemble des plateformes légales utilisant le service ouvert Microsoft PlaysForSure

  • L’abolition totale des DRM, ce que tout le monde souhaite et que certains ont déjà commencé à faire… Mais les “big four” en sont malheureusement encore très loin.

Parce que les DRM n’ont jamais marché et ne marcheront certainement jamais, du moins en ce qui concerne l’arrêt pur et simple du piratage. Les maisons de disques demandent des DRM sur Internet alors qu’elles continuent à vendre des milliards de CD non protégés sur le marché classique. Musique qui peut ensuite se trouver illégalement sur Internet

Enfin, Steve Jobs demande à ses détracteurs, et surtout les Européens de retourner une grande partie du problème sur les Majors. Pour rappel, la majeure partie d’entre elles sont européennes : Universal/Vivendi (France), EMI (Royaume-Uni), Sony BMG (détenu à 50% par une société allemande). Si elles acceptent de vendre des morceaux sans DRM sur Internet, Apple embrassera de tout coeur cette nouvelle possibilité, conclut Steve Jobs.
Un coup de pied dans la fourmilière qui peut-être fera bouger les choses. Mais alors, à quand une offre “MP3 sans DRM” de la part d’Apple pour démontrer que cela peut fonctionner ? À suivre !

via Clubic


 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail