Nous avons actuellement plus de 68 visiteurs connectés sur nos sites (dont 20 sur generationmp3.com - 42 sur le forum)

Écrit par
iMike

UMP : un euro pour le droit d’auteur

Jeudi 26 février 2009 à 17:07 | Dans la catégorie Music Business

Le droit d’auteur ne vaut guère plus que l’euro symbolique, si l’on en croit l’UMP, toujours empêtrée dans l’affaire MGMT. Le parti majoritaire, qui avait utilisé sans autorisation un morceau du groupe pour diverses vidéos (lire cette actu), a en effet proposé à l’avocate du groupe un euro symbolique pour réparer les dommages.

Voilà qui est notoirement insuffisant, d’ailleurs Xavier Bertrand, le secrétaire général du parti, en a convenu : «[ce sera] une somme qui sera une juste indemnisation, mais certainement pas un euro symbolique», a t-il indiqué sur RTL. Cet euro a été proposé par l’agence de com’ de l’UMP, qui a reconnu avoir commis une erreur non-intentionnelle…

Voilà qui fait sérieux pour le futur débat sur la loi Création et Internet…

 

push

Écrit par
iMike

L’UMP triche avec les droits d’auteur

Vendredi 20 février 2009 à 17:24 | Dans la catégorie Loi Hadopi

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ? L’UMP, en plein débat sur la loi Création et Internet, est actuellement sous le feu des critiques : le parti majoritaire a en effet utilisé illégalement le morceau «Kids» de MGMT à la fin du mois dernier, lors du Conseil National du parti, lors d’un déplacement de son nouveau patron Xavier Bertrand et également dans deux clips diffusés sur le web.

Ces films ont depuis été retirés, mais le mal est fait… L’UMP a certes réglé les droits à la Sacem, mais pas pour une diffusion dans le monde entier ! Du coup, l’avocate du groupe annonce avoir fait une demande d’indemnisation et dénonce une atteinte à la propriété intellectuelle.

Voilà qui tombe bien mal pour Christine Albanel et les députés UMP !

push

Écrit par
iMike

AmazonMP3, bientôt en Europe

Lundi 26 janvier 2009 à 15:07 | Dans la catégorie Musique en ligne

AmazonMP3 devait essaimer partout en Europe l’année dernière… Et finalement, on attend toujours l’arrivée de la boutique de MP3 sans DRM dans nos contrées - soyons juste, l’échoppe est déjà présente en Grande-Bretagne.

amazon.jpg 

Une lueur d’espoir : on apprend en effet que la SACEM et Universal ont signé avec Amazon Europe un accord pour tout le continent - la maison de disques et l’organisme de gestion des droits autorisent donc Amazon à s’implanter en Europe (du moins, déjà en France) et y distribuer le catalogue de la major.

Toutefois, cela ne sera pas suffisant, il faut encore parvenir à un accord avec les trois autres maisons de disques (EMI, Warner, Sony-BMG), afin de proposer un catalogue un tant soit peu convenable, accord qu’Amazon est en passe de négocier. L’ouverture d’Amazon MP3 ne saurait donc tarder, on parle de quelques semaines.

 

 push

Écrit par
iMike

Nokia Comes with Music… un jour peut-être

Mercredi 21 janvier 2009 à 18:20 | Dans la catégorie Musique en ligne

Aujourd’hui, à l’exception de la Grande-Bretagne, on ne peut pas dire que l’initiative de Nokia, «Comes with Music», ait vraiment essaimé partout dans le monde. Pour mémoire, il s’agit d’offrir un an de téléchargement «gratuit» à l’achat d’un mobile du constructeur participant à cette opération. L’XpressMusic 5800, le fameux «Tube», est d’ailleurs vendu en France (459 euros) sans cette offre, et pour cause : Nokia vient tout juste de signer les premiers accords avec des maisons de disques et des organismes de droits d’auteurs…

Nokia5800XpressMusic_4_lowres.jpg 

Dans les faits, et à l’occasion du Midem, le Finlandais indique avoir finalisé un accord européen avec Universal et les sociétés de collecte (la SACEM pour la France) des différents pays de l’Union afin de pouvoir lancer son offre sur tout le territoire du Vieux Continent. Les pays nordiques sont également de la partie…

Il ne s’agit que de la première pierre de l’édifice, mais tout cela semble bien long !

 

 push

Écrit par
Greg

La Fnac fait le ménage…

Lundi 3 mars 2008 à 11:57 | Dans la catégorie Music Business

La semaine dernière, nous vous annoncions que SACEM menait depuis deux mois une enquête sur des DVDs suspects mis en vente par la FNAC. Après avoir déclaré “nous achetons 262 000 références par an et nous avons plus de 600 fournisseurs. Ils savent ce qu’ils nous vendent, ils sont responsables” pour se dédouaner de cette accusation, la Fnac a semble t-il mener son enquête en interne…

Selon une dépêche AFP, la FNAC affirme avoir reçu une lettre d’European Records Service, distributeur français des DVD incriminés, indiquant qu’il possédait bien les droits de diffusion. : “[Nous avons reçu] un courrier de European Records Service, qui distribue en France le label Wow Corporation, commercialisé dans les magasins Fnac, […] confirmant qu’il était parfaitement titulaire des droits des titres mentionnés “.

Malgré cette lettre qui montre que ces titres sont légaux, les rayons de la FNAC on subit un ménage de printemps avec quelques jours d’avance et on ne trouve plus aucun produit de Wow Corporation, ni même de Masterplan le second éditeur mis en cause. Tout cela est bien étrange…

via PCInpact

Écrit par
Julien F.

La FNAC est soupçonnée de piratage par la SACEM !

Jeudi 28 février 2008 à 08:38 | Dans la catégorie Music Business

Le Canard Enchaîné a révélé dans un article paru hier que la SACEM menait depuis deux mois une enquête sur des DVDs suspects mis en vente par la FNAC. En cause, des labels comme Masterplan ou encore Wow Corporation, qui commercialisent dans les rayons de l’enseigne des enregistrements « de concerts live - souvent inédits - de grands groupes de rock », et plus précisément ceux des Rolling Stones, d’Eric Clapton, de Jimi Hendrix, ou encore de Queen. Sauf que selon les professionnels du disque, ces éditeurs n’auraient aucune légitimité et seraient totalement inconnus du milieu, ce qui revient à dire qu’il s’agit là d’enregistrements pirates distribués sans autorisation. Un problème d’autant plus aggravé par la qualité générale des produits, tant au niveau de l’emballage, du son, que des images, provoquant ainsi la colère des consommateurs. « Parfois, à l’écran, on voit un logo dans un coin, grossièrement flouté », souligne même Benoît Solignac-Lecomte, responsable du service Contrôles et enquêtes de la Sacem.

De son côté, la FNAC tente de minimiser l’affaire et se justifie : « nous achetons 262 000 références par an et nous avons plus de 600 fournisseurs. Ils savent ce qu’ils nous vendent, ils sont responsables. C’est à eux d’être honnêtes. On ne va pas, à chaque commande, demander au fournisseur qu’il nous prouve que son produit possède toutes les autorisations. Maintenant, si quelqu’un nous prouve qu’il n’est pas légal, on le retire des rayons ». Peu crédible lorsque nous découvrons avec stupeur que ces éditeurs douteux n’ont ni site internet, ni adresse fixe, et se cachent honteusement dans des pays tels que l’ex-Yougoslavie. Ces quelques éléments, renforcés par la médiocre qualité des produits, auraient pourtant du mettre l’enseigne sur la voie. Mais non, aucune vérification n’a été effectué et c’est une nouvelle fois au consommateur d’en payer les conséquences.

Rappelons aussi que Denis Olivennes, le patron de la FNAC, a été sélectionné par Nicolas Sarkozy pour mener à bien une mission de lutte anti-piratage, portant depuis son nom. Mais finalement, l’homme a semble-t-il oublié de balayer devant sa porte avant de se décider à porter les couleurs d’une cause qu’il bafoue par des actes de ce type. Lui qui répétait fièrement « la gratuité, c’est le vol »… Alors vendre des produits de contrebande, c’est quoi ? Sûrement pas la solution aux problèmes rencontrés par les maisons de disques, les vraies.

« Prouvez-moi que ce titre est illicite, et j’effacerai le fichier ! », pourra dorénavant rétorquer l’utilisateur de réseaux P2P lorsque la Justice lui réclamera des comptes.

Via PCInpact

Écrit par
Antoine

RadioBlogClub de retour

Jeudi 22 mars 2007 à 07:57 | Dans la catégorie Juridique
J’annonçais il y a quelques jours la fermeture du service de RadioBlogClub suite à une action judiciaire de la SACEM. Et bien voilà qu’elle (la radio) a réouvert ses portes.



Benoît Tersiguel, le fondateur, avait un temps décidé de retirer les titres français de son catalogue, source de conflit avec la SACEM qui demandait des réparations financières pour les artistes. Lors de la réouverture, les titres français étaient toujours là. Il serait envisager maintenant de migrer les serveurs à l’étranger.

Tersiguel cherche néanmoins à ne pas rajouter de l’huile sur le feu et déclare sur son blog: « Je tiens à dire que cette réouverture ne marque en aucun cas la défaite de la SACEM dont je suis le premier à reconnaître le travail qu’elle accomplit pour l’émergence du talent de ses auteurs et la collecte de leurs revenus ».

via Clubic

push


 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail