Nous avons actuellement plus de 186 visiteurs connectés sur nos sites (dont 33 sur generationmp3.com - 147 sur le forum)

Écrit par
Julien F.

Les maisons de disques s’attaquent à un FAI Irlandais

Jeudi 13 mars 2008 à 17:00 | Dans la catégorie Juridique, Music Business

L’industrie du disque a une nouvelle fois décidée de se tourner vers les fournisseurs d’accès à internet plutôt que vers les internautes pour enrayer le phénomène du téléchargement illégal. Après Tiscali en Belgique, puis Télé 2 au Danemark, c’est maintenant Eircom en Irlande qui doit subir les foudres d’un marché en mal d’argent.

Selon le quotidien Irish Times, les quatre principales maisons de disque du marché, représentées par l’IFPI, ont déposé une plainte à l’encontre du principal fournisseur d’accès à internet irlandais, Eircom. Celui-ci serait accusé de « faciliter le téléchargement illégal de musique du fait de l’absence de solutions de filtrage sur son réseau », ce que les majors auraient tendance à considérer comme une « grave carence ».

En fait, cette action en justice résulterait de négociations infructueuses entre le FAI et l’industrie locale de la musique. Cette dernière aurait demandé à de multiples reprises la mise en place d’un dispositif de filtrage, toujours refusé par Eircom, aux motifs qu’aucune obligation légale ne l’y contraindrait et qu’aucune solution technique ne permettrait selon lui de différencier avec exactitude un contenu régulier d’un fichier illégal.

Par ailleurs, Willie Kavanagh, directeur d’EMI en Irlande et président de l’Irish Recorded Music Association (IRMA), s’est de son côté justifié en expliquant que le marché irlandais de la musique avait été victime d’une importante régression au cours de ces dernières années, passant ainsi d’une valeur de 146 millions d’euros en 2001 à 102 millions d’euros en 2007. Et, à l’écouter, la faute en reviendrait principalement au piratage, qui est comme d’habitude la cause de tous les maux.



Via Clubic

9 commentaires

  • muhyidin 13 mars 2008 à 18:18

    quelle originalité: baisse des ventes c’est à cause des vilains pirates. De toute façon il y a trop de gens qui n’ont d’autre à foutre que de se faire du fric sur le dos des artistes et qui font la pluie et le beau temps sur les ondes et a la TV. Ils craignent de perdre la poule aux oeufs d’or. Des expériences à droite et a gauche montrent qu’ Internet est viable pour les artistes même si le bon modele reste a trouver et que l’on experimente encore.
    Marre de voir les sales gueules de Pascal Negre et d’Olivennes

  • Gwendal 13 mars 2008 à 21:01

    l’industrie du disque devrait se regarder en face 5minutes avant de taper sur les autres.

  • ghyz 13 mars 2008 à 23:56

    Internet est viable pour les artistes même si le bon modèle reste a trouver et que l’on experimente encore

    -De deux choses l’une soit le modèle est viable, dans
    ce cas-là, on a trouvé un nouveau modèle “stop ! Arrêtez de creuser on l’a trouvé!” soit on continue à chercher avec notre bâton de sourcier, en espérant que ce modèle déboule à temps pour sauver la création musicale.

    Bon courage les pionniers hein, parce que je ne vois
    pas comment ramener de l’argent aux artistes si les gens ne veulent plus payer pour la musique qu’ils écoutent. Ah si, on pourrait tous ensemble compter sur le fétichisme d’étagère, qui, à lui tout seul, sauvera le disque et la création musicale. Alea jacta est…

    Pour avoir assisté à quelques réunions sur « les nouveaux foyers de la création de valeur dans l’industrie musicale », en toute objectivité, de foyers je n’ai vu que des feux follets au fond d’un tunnel. Bon courage les serials entrepreneurs, parce qu’on est vraiment loin du compte…d’exploitation.

    - Le « community management » de l’aveu même du directeur de Myspace n’est pas encore efficace (pas encore mais ma main au feu qu’il le sera un jour, oui c’est vrai le concept est radicalement nouveau depuis un demi siècle, on va enfin
    comprendre les masses, eurêka et yapluka !)

    - La pub, mais quelle vessie éclairante? Super source de création musicale, j’imagine la commande auprès de Cat Power “excuse-moi ma belle, mais ta lubie à propos de la lune et tes envies de suicide, c’est trop loufoque, tu vas te les garder hein…ça cadre pas avec la pub pour notre nouvelle Opel Corsa”. Tout le monde crie à la médiocrité en ce moment, je ne vous dis pas quelle va être la tête de notre musique quand elle devra répondre à un cahier des charges pour faire vendre des paquets de lessive…

    Mais la belle musique continuera d’exister parce que les artistes ont un besoin irrépressible de créer” comme on peut l’entendre de ci de là…

    -oui certes, mais uniquement sporadiquement. La question se pose exactement en ces termes : “quels moyens de subsistance voulez-vous donner à ces artistes pour qu’ils continuent de créer dans les meilleurs conditions, sachant que par définition leur musique ne sera plus achetée et donc non commandée par les publicitaires qui ne pourront la vendre comme espace publicitaire?”

    Si les publicitaires ne peuvent la vendre, pourquoi susciteraient-ils sa création ? Ce genre de musique, la « Belle Musique » serait dès lors réservée aux seuls mécènes, seuls intéressés par la beauté musicale et « l’Art »? Ben j’espère que vos goûts seront de ceux du mécène parce que sinon il se peut
    que vous n’ayez plus grand chose à vous mettre sous la dent…Bonjour la diversité.

    Allez, on continue à taper tous en coeur sur
    Olivennes qui, bien entendu, n’agit que pour donner plus de corps à sa bedaine…Serait-il possible un instant, un seul instant, de penser qu’il pourrait, en l’absence de système de substitution (mais où est-il bon sang ce fameux système idyllique???!) œuvrer pour autre chose que pour le mal
    absolu de l’Humanité ?

     

  • DarkDestiny 14 mars 2008 à 8:38

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi ghyz, car ton commentaire prêterai à dire que le piratage détruit l’industrie du disque et pourtant on en parle pas des films….
    Oui car là aussi niveau piratage on est Haut, très haut et pourtant on en entend bien moins parlé.
    Alors pour moi il devrait y avoir un lien entre ces deux types de création au niveau piratage avec des répercussions plus ou moins identiques.
    Pourquoi seulement le disque ? C’est plutôt là qu’est la question.
    Remettre en cause lr piratage est logique, nécessaire sûrement, mais il y a peut être d’autres facteurs et se contenter uniquement de crier au piratage c’est déjà ne pas vouloir remettre en question le problème que subit l’industrie….on cherche la simplicté.
     

  • muhyidin 14 mars 2008 à 11:19

    Oui et puis bon y’a a priori des artistes qui s’en sortent très bien en expérimentant comme Radiohead ou Nine Inch Tails. Quoi qu’il en soit je préfére payer 10€ un CD qui vont directement dans les poches de l’artiste que 15€ dont dont même pas 2€ iront dans la poche de l’artiste.Qu’on arrête de nous prendre pour des cons 5mn comme en nous faisant payer le même prix pour du MP3 et pour un CD.On doit comprendre quoi? Que le CD ne coute rien à la fabrication et que l’on paie uniquement la création artistique?
    Le plus énervant dans tout ça c’est la mauvaise foi et le manque de remise en cause des maisons de disques(je parle des majors hein). On paie déjà des taxes sur tout pour le soit disant droit à la copie privée (Disque dure, lecteur, CDR…, bientôt les téléphones et certainement un jour les FAI). Merci pour les industriels français ça les rend vachement compétitifs.
    Le CD est désuet, peu de gens ( c’est relatif) en ont encore l’utilité et les plus jeunes le voient déjà comme une antiquité. Mais d’un autre coté on nous propose des sonneries de portable à 2€ ou des albums en MP3 avec des DRM à la con pour 10€. A un moment il faut peut être se poser les bonnes questions même s’il est certain que le piratage a joué un rôle de catalyseur dans tout ça.

  • ghyz 14 mars 2008 à 11:57

    Super représentatif Radiohead. C’est probablement le groupe de rock le plus reconnu au monde à l’heure actuelle. Tirer des conclusions sur la viabilité d’un modèle à l’aune des seuls chiffres de ventes de radiohead, revient à faire une étude du pouvoir d’achat de la population française en se basant sur la fiche de paie de Mr Pinot. Radiohead peut tout se permettre et nous ne rien conclure sur une industrie que ce groupe dépasse de la tête et des épaules.

    Le cas Nin est suffisamment emblématique également. Ce n’est pas exactement ce qu’on appelle un nouveau groupe. 7 albums sans compter les live. Nul doute que l’industrie telle qu’elle existait jusqu’à présent a largement contribué à sa diffusion. Toute la question est de réussir non pas à s’en extraire (ce qui pour un groupe connu et reconnu n’est pas le plus délicat) mais à s’en passer du début à la fin, tout au long du cycle de vie d’un groupe.

    Muhydin :  As tu déjà pensé au fait qu’une maison de disque propose souvent un album dont la production est fournie clé en main a un artiste tout en faisant un pari sur son avenir ? Ils se font des ronds ? Certes, si l’artiste dispose du réseau suffisant pour ne pas payer le carnet d’adresse d’une major qu’il le fasse, c’est bien pour lui, tous ne sont malheureusement pas capables de le faire. Ainsi que je l’ai déjà précisé, aucune major ne vient avec un couteau sous la gorge au sortir de l’oreiller pour forcer un artiste à signer, j’imagine qu’ils ne sont pas forcément satisfaits des conditions mais en signant ils estiment que dans une certaine mesure, ça leur convient.  La production d’un album, ça coûte cher. Radiohead, nin peuvent se le permettre, crois-tu qu’il en soit de même pour tous les groupes nouveaux ?

    Dark destiny : je ne connais pas la problématique du disque piraté, je sais juste que télécharger un album prend moins de temps et exige moins de patience de ma part qu’un download de film. Quand j’achète un film sur canalplay , je mets deux heures à le télécharger. Pas hyper pratique, tu en conviendras,a ça se finit d’ailleurs souvent au vidéo club du coin. Dans mon entourage, je connais trois personnes qui téléchargent des films, ils sont bien plus nombreux à télécharger de la musique. Beaucoup prédisent que l’augmentation des débits s’accompagnera d’ailleurs d’une augmentation du piratage des films.

    Pour résumer, je n’ai pas la réponse à ta question , mais je suppose que c’est un mix entre praticité d’un côté et us et coûtumes/habitudes de l’internaute de l’autre.  Pour ma part télécharger un divx c’est vraiment le truc le plus bidon à faire, le rendu est moche, ça prend du temps et j’ai toujours trouvé ça complexe à mourir. C’est probablement devenu plus convivial et la qualité s’est peut-être améliorée depuis mais c’est en tout de cette manière là, en tant qu’internaute que je perçois la chose, j’imagine d’ailleurs que je suis pas le seul. Un vidéo club qui propose des films à trois euros me paraît être, de très loin, un meilleur deal, mais c’est que mon avis :)

  • muhyidin 14 mars 2008 à 13:28

    J’ai cité deux groupes connus car justement ils sont représentatifs, pas dans le sens ou ils représentent les autres artistes mais dans le sens ou ils sont symptomatiques de la volonté de trouver un modèle pérenne. Mais combien y’a t’il de “petits” groupes qui ont fait leur buzz grâce au net? Il est beaucoup plus facile (et moins cher) de nos jours de faire sa promo qu’il y a quelques années.
    De toute façon il y a un constat implacable : le modèle actuel va droit dans le mur. Et ce n’est pas en tapant sur les vilains pirates que les choses s’amélioreront ni en appliquant des pansements sur des plaies béantes.

  • Gwendal 14 mars 2008 à 13:31

    Après les maisons de disque c’est peut etre aussi aux artistes d’évoluer ? s’adapter aux nouveaux support, on pourrait très bien imaginer des plateformes indépendante style Deezer uniquement pour promouvoir les jeunes artistes mais le faire de façon plus remarquer plus encadrée, profésionnalisé.
    Mais pas a la façon d’une major, on pourrait imaginer juste une pti groupe de dev fan de musique genre une 10aine de personnes (pas besoin de plus) rémunérèes par la pub (comme c’est le cas pour bcp de site), avec des albums dans les 10€ ou tout irait a l’artiste, une musique style commerce équitable. Si personnes se prend en main on va pas venir les chercher pour faire leur boulot a leur place, perso tout le monde se plaint et personne faire rien, faut arrêter l’hypocrisie 5minutes.
    Radiohead et NIN n’ont plus de pub a faire, certe c’est pas le meilleur exemple mais pour moi ils ouvrent une voix, les artistes doivent aussi se bouger pour faire vivre leurs musiques, je dis pas qu’il ne le font pas loin de la, mais pourquoi ne le font’ils pas tous ensemble dans un même réseau ?
    Mon père est artiste peintre et avec le mal qu’il avait pour se faire connaitre même si il est un peu reconnu(par ces pères), ba je lui est fait un site après a lui de gérer ou pas son systeme de pub.

    Y’a pleins de groupe qui se font connaitre grace au net sans l’aide de personnes, les majors les récupèrent apres mais y’a d’autres solution, c’est juste la solution la plus facil (a l’heure actuelle).

    Il suffit pas juste de faire ou vendre de la musique faut aussi penser aux a coté, c’est comme ca dans tout les boulots, les gens qui bossent en Freelance dans mon domaine, ben le carnet d’adresse ils se le font eu même et vont trimer plusieurs années pour ça, la pub ils se la font eu meme, ils sont a la fois commerciaux, concepteur et réalisateur en plus de gérer la paprasse…
    et y’a pas de formation pour faire tout sa.

    --Pour ma part télécharger un divx c’est
    vraiment le truc le plus bidon à faire, le rendu est moche, ça prend du temps et j’ai toujours trouvé ça complexe à mourir
    .–

    Quand tu sors des études que tu n’as pas le droit au chomage que tu touches le RMI ben y’a pas 36 solutions pour avoir acces a la musique aux cinémas etc…. et si on prend le temps un DivX sa se télécharge en moins de 10minutes et on peut meme avoir des films HD si on prend un peu plus de temps… ce qui est marrant souvent c’est que c’est des films qui viennent directement des distributeur une semaine après la sortie… a qui la faute ?

  • ghyz 14 mars 2008 à 14:22

    Mais combien y’a t’il de “petits” groupes qui ont fait leur buzz grâce au net?

    Même pas 10 en 5 ans. Tu parles d’une réussite. De l’aveu du directeur de myspace, le net ne se suffit pas à lui-même, c’est un moyen annexe, le corollaire d’une campagne déjà entamée par d’autres moyens. 

    “De toute façon il y a un constat implacable : le modèle actuel va droit dans le mur. Et ce n’est pas en tapant sur les vilains pirates que les choses s’amélioreront ni en appliquant des pansements sur des plaies béantes. “

    Les vilains pirates, en l’occurence, ils voient pas plus que le bout de leur nez. Ils pensent réfuter un système mercantile, alors qu’ils paient leur abonnement aux FAI qui profitent allégrement de leur crédulité. Je ne le répèterai jamais assez, les FAI profitent des étagères numériques comme produits de têtes de gondole pour vendre leurs abonnements sans en l’échange assurer le rôle de producteur de musique (ah oui c’est pas leur métier, c’est vrai eux ils vendent des abonnements).

    Bien sûr, qu’il faut taxer les FAI, bien sûr qu’il faut légiférer pour que cela change. Vous pensez que c’est une pensée socialiste ? Pas de chance, ca vient d’Alain Gérard Slama chroniqueur au Figaro, il y a franchement que les pirates réfugiés derrière leur PC qui prônent ce genre de comportments. 

    Pour te répondre GWendal quand t’es Rmiste, plutôt que de télécharger tu te prends une carte de bibliothèque gratuite et tu trouves là bas pas mal de choses. Marrant de penser que la musique ou les films doivent être gratuits alors que si tu menais le même raisonnement avec une voiture ou un Cd dans un magasin en dur, tout le monde se foutrait de ta carte de chômeur, ce serait tout au plus une circonstance atténuante devant le juge …. 

Flux RSS des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail