Nous avons actuellement plus de 63 visiteurs connectés sur nos sites (dont 19 sur generationmp3.com - 38 sur le forum)

Écrit par
Greg

La chasse est bientôt ouverte !

Vendredi 25 mai 2007 à 11:59 | Dans la catégorie P2P
En 2005, différentes sociétés de producteurs (la SACEM, la SCPP, la SDRM et la SPPF) demandaient l’autorisation à la CNIL concernant la mise en place, par des prestataires privés, de dispositifs automatisés de surveillance des réseaux P2P chargés de relever l’adresse IP des machines échangeant des fichiers illégaux. Souvenez-vous, il s’agit de la riposte graduée… Cette demande avait été rejetée par la CNIL qui, rappelons-le, est chargée de la protection des libertés individuelles, car elle représentait des menaces sur la vie privée.
Le Conseil d’Etat, plus haute autorité administrative, vient tout simplement d’annuler la décision de la CNIL ! Puisque, selon lui, le volume d’internautes qui utilisent les réseaux P2P à des fins illégales justifie largement l’emploi d’un dispositif de surveillance automatisée. Les sociétés civiles de producteurs de présenter un nouveau dossier à la CNIL… La chasse est bientôt ouverte, à suivre !

Les sociétés de producteurs, SCPP en tête, se félicitent de ce revirement de situation. La décision de la Cnil ne lui avait « pas permis de mener les actions de prévention et de répression de la piraterie musicale qui étaient pourtant effectuées dans la plupart des états de l’Union européenne », explique la SCPP, alors que la France est « aujourd’hui un des pays où la piraterie sur internet est la plus développée et où, en conséquence, le marché légal de la musique en ligne se développe le plus lentement ».
Même son de cloche du côté de la Sacem et de la SDRM, qui « se réjouissent de l’arrêt rendu le 23 mai 2007 par le Conseil d’Etat » et expriment leur désir de « développer des relations positives avec la CNIL afin de favoriser la lutte contre les échanges illicites dans le respect des libertés individuelles et de la protection de la vie privée ».

via Clubic

10 commentaires

  • ghyz 25 mai 2007 à 12:52

    La bonne recette c'est donc :

    1°) Faisons en sorte de nous en prendre qu'aux seuls consommateurs, des petits cons irresponsables c'est plus faciles à gérer..

    2°) Evitons de chercher des poux dans la tête des fournisseurs d'accès qui font de la largeur de la bande passante une condition élémentaire de leur offre, ils commencent à être bien plus forts que nous…

    3°) Pourquoi militerait-on pour l'interopérabilité ? on n'a pas que ça à faire ! On est bien trop occupé à plumer les consommateurs en proposant des CDs à prix inabordables. En même temps, c'est tellement plus facile que de parier sur une baisse des prix en vue d'une augmentation du volume vendu.

    4°) Nous, les maisons de disque, avons de toute façon raison de vouloir continuer à faire des bénéfices, nous en avons toujours fait de cette façon, c'est pas internet qui va venir nous gêner. Pourquoi vouloir changer de "business model" ,nous, on est confortablement installé dans nos pénates…

    Les pouvoirs publics font preuve d'une hypocrisie remarquable : lorsqu'il s'agissait de réduire la "fracture numérique" la SACEM pouvait crier aussi fort qu'elle voulait, la volonté affichée était d'équiper le plus de foyers français. La France, à présent bien équipée, a de nouveau peur pour ses artistes : jolie démonstration de régulation. Ce dernier argument vous paraît réac' ? Pourtant il ne vient pas de moi, mais du directeur général de la FNAC dans son dernier ouvrage. L'argument d'internet en tant qu'espace de gratuité est devenu fallacieux vive le temps de la répression.

    Il ne s'agit pas de prôner la gratuité, mais bien de trouver d'autres responsables que les seuls consommateurs tandis que les FAI continuent à s'engraisser sur leur dos impunément. Un partage de responsabilité serait pertinent me semble-t-il…

  • Capitaine 25 mai 2007 à 14:00

    L'industrie de la mus… du disque est dans une impasse depuis plusieurs années, mais ils continuent sur la même voie.
    Très inquietant pour eux….

  • The F0x 25 mai 2007 à 14:21

    "mais bien de trouver d'autres responsables que les seuls consommateurs tandis que les FAI continuent à s'engraisser sur leur dos impunément. Un partage de responsabilité serait pertinent me semble-t-il…"

    je ne suis pas vraiment d'accord avec ce point de vue, si on suit ton raisonnement, il faudrait que les fabricant de voitures dépassant les vitesses légales soit aussi responsables des exces de vitesse. Non, ce genre de tendence vise a deresponsabiliser les gens, ce n'est pas le bon sens.

    Nous sommes en train d'assister à la mort d'une industrie: la productions de support de musique. La seule chose, c'est qu'elle se débat fortment, il lui reste un peu d'énergie et elle risque de piquer un peu, mais elle va continuer a s'asphixier, et avec le temps elle va faire de moins en mons mal.

  • Dj_Pingouin 25 mai 2007 à 15:22

    Est ce qu'un vieux pourrait nous raconter le bordel que ça a été lorsque les cassettes audio se sont démocratisées ?

  • ghyz 25 mai 2007 à 15:28

    Métaphore pertinente…Poussons là jusqu'au bout : il est intéressant de constater que les trois principaux constructeurs automobiles allemands sont arrivés à un consensus afin de limiter la vitesse maximale des véhicules produits pour que les autoroutes allemandes ne se transforment pas en circuit automobile.

    Qu'on soit d'accord, ce qui est reproché aux FAI ce n'est pas de proposer un accès internet, c'est de s'être servi de manière totalement suggestive (rien n'est explicite naturellement) du téléchargement illégal pour proposer une offre alléchante tout en levant les bras avec la bouche pleine de chocolat "en disant nan c'est pas moi", lorsque la SACEM vient gronder tout le monde…

    C'est juste vraiment très loin d'être honnête, il me viendrait pas à l'idée de glisser un pistolet dans la main de quelqu'un et dire que je n'y suis pour rien parce que je n'ai pas appuyé sur la gâchette…(la métaphore est perfectible certes, le net sert à autre chose qu'à pirater mais tout de même, dans le cas des FAI, il me semble que l'incitation n'est pas loin…)

  • Froggy 25 mai 2007 à 20:46

    Un jour, j'ai téléchargé illégalement un titre ou deux sur emule… Je suis allé rechercher les albums dans tout les bons disquaire de ma ville pour, au final, ne rien trouver… Pas moyens de l'acheter, de le commander ou que ce soit ("Georges Bellas" guitariste virtuose pour ne pas le citer) Bah, du coup, j'ai pompé la discographie complète… Mais faut pas pleurer que les CDs ne se vendent pas…!

  • pfmartin25 27 mai 2007 à 17:45

    Attendez ne vous enflammez pas! Il y a juste eu un décret d'annulé, on repart simplement de zéro. La situation n'est pas plus profitable à aucun des deux partis, donc c'est maintenant qu'il faut se mobiliser et surtout proposer, car Mr Sarkozy sait écouter et entendre les arguments. On doit faire entendre notre voix, car c'est le plus acharné qui remportera et qui montrera lequel des deux, le consommateur ou l'industrie du disque, a le plus de poids économique.

  • Cyrille 27 mai 2007 à 23:40

    En étant pragmatique je dirais qu'il s'agissait de quelque chose de logique. La CNIL n'avait pas à mon avis de raison de refuser aux maisons de disques ce droit pour ce type de fichier. Un peu comme si on interdisait aux banques d'avoir un fichier centralisé des mauvais payeurs classés selon des critéres aléatoires. (moitié second degré, moitié mauvaise fois, moitié enervement) Malgré tout en étant sincére l'usage du P2P est du vol ni plus ni moins, il ne s'agit pas de copie privée, tout du moins le probléme n'est pas là. Le probléme n'est pas dans l'enregistrement mais dans le partage. Il faut que la personne partageant la musique rémunére les ayants droits, voilà je pense le vrai probléme des maisons de disque aujourd'hui. Reste malgré tout que toutes les personnes qui seront "attrapées" à distribuer sur le net des fichiers non libres de droit pourront etre poursuivis à conditions qu'il y'ait une certitude qu'il s'agisse bien de la bonne personne. Bon, mon conseil du soir : installez le wifi, c'est pas trés sécurisé d'accord mais bon ca peut etre un bon avantage.

  • DclsBOSS 28 mai 2007 à 8:59

    CITATION(Cyrille @ 27/05/07 - 23:40) [snapback]460098[/snapback]

    Bon, mon conseil du soir : installez le wifi, c'est pas trés sécurisé d'accord mais bon ca peut etre un bon avantage.

    lol.gif Et après tu dis, 'c'est pas moi, c'est mon voisin!' Faudra juste t'assurer que ton voisin n'est pas un vieux grabataire qui n'a qu'un téléphone à roue ^^

  • Antoine 28 mai 2007 à 9:34

    Je m'interrogerais plutôt de "ce lent développement" du marché français par la haute qualité de nos artistes: la Tortue? Lorie?

    Ils veulent faire décoller quoi avec eux?

    Plus sérieusement, à l'heure où les majors de la musique en ligne proposent des fichiers non sécurisés, on voudrait continuer à nous faire croire que la France est à la pointe à ce niveau? Faut arrêter deux secondes de se croire plus beaux que les autres. Tout le monde se souvient de la réunion organisée à l'Assemblée Nationale avec des représentants de … Virgin Music. Superbe!

    Le problème, c'est que la CNIl ne fait pas le poids devant tout ce copinage politique où il n'est question que de gros sous: pour les disquaires et les FAI.

Flux RSS des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

- Devenir membre



 

Commentaires récents

 
   
Fermer
Envoyez le par e-mail